Le Frisson de l'Aurore

Le matin m'a cueillie à la lisière d'un rêve

Et j'ai fermé les yeux pour le retenir un peu

L'illusion était belle l'illusion était brève

Le frisson de l'aurore un doux cadeau des cieux

 

Dans ce songe merveilleux je retrouvais tes bras

Tu étais revenu et l'on était chez moi

La musique était là je ne l'entendais pas

Mon rêve était muet mais il parlait pour moi

 

Tu te tenais debout et tu me regardais

Au rythme de la musique lentement j'avançais

Je te tendais les mains et tu les saisissais

Captive de ton parfum ma tête tournoyait

 

Et tu me fis tourner et je me suis cambrée

Cette figure de tango m'a toujours amusée

Et dans mon dos collée ta main m'a redressée

Nos lèvres enfiévrées ne purent plus se quitter

 

Le matin m'a cueillie à la lisière d'un rêve

Mon corps se sent renaître dans le creux d'un baiser 

Au frisson de l'aurore l'illusion était brève

Je fais de ce baiser le ciel de ma journée

© Le Chat à Plume I paroles de chanson I poésie I auteure de spectacle vivant

  • Facebook - Gris Cercle
Sacem_logo_vertical_NB.jpg